23% des utilisateurs s’exposent à des failles de sécurité

15 nov. 2012
Actualités Business

Les navigateurs Web sont les logiciels les plus utilisés, présents sur la quasi-totalité des ordinateurs. La majorité des cyberattaques proviennent actuellement du Web, exploitant les vulnérabilités des navigateurs eux-mêmes ou de modules obsolètes ajoutés à ceux-ci. C’est pourquoi il est extrêmement important que les utilisateurs mettent à jour leur navigateur favori afin de bénéficier des plus récents correctifs de sécurité et des nouvelles fonctions de protection. Grâce aux données anonymes recueillies par son réseau cloud Kaspersky Security Network, Kaspersky Lab a analysé les habitudes de ses millions de clients à travers le monde en matière de navigateurs Web et a fait certaines découvertes alarmantes.

« Cette nouvelle enquête dépeint un tableau alarmant » indique Nicolas Brulez, senior malware analyst. « Trop souvent, les utilisateurs cliquent sur la petit croix rouge avant même de lire le contenu quand un message d’erreur ou d’information apparait à l’écran. Et se retrouvent progressivement avec un navigateur obsolète, cible favorite des malwares. Cela démontre le besoin urgent de logiciels de sécurité appropriés, capables de réagir aux nouvelles menaces en l’espace de quelques minutes, et non plusieurs jours ou semaines. »

Les premiers résultats de l’enquête sont significatifs :

  • 23% des utilisateurs emploient des versions anciennes de navigateurs, pouvant être à l’origine d’énormes failles de sécurité sur Internet. Parmi eux, 14,5% en sont restés à la version précédente, mais 8,5% utilisent des versions encore plus anciennes !

Cela signifie que près d’un internaute sur dix utilise un navigateur Web totalement dépassé pour accéder à ses comptes bancaires et autres informations personnelles.

  • 77% des clients de Kaspersky Lab disposent de navigateurs à jour (qu’il s’agisse de la plus récente version stable ou d’une version bêta).
  • Lorsqu’une nouvelle version d’un navigateur est disponible, la plupart des utilisateurs mettent plus d’un mois pour installer la mise à jour. Or il ne faut que quelques heures aux cybercriminels pour exploiter des vulnérabilités connues dans ce type de logiciel.

Les autres chiffres clés recensés sont :

  • 37,8% des utilisateurs utilisent Internet Explorer, le navigateur le plus répandu.
  • 36,5% des utilisateurs Google Chrome.
  • Enfin, seuls 19,5% des utilisateurs utilisent Firefox.

Implications

Cette enquête réalisée auprès des consommateurs montre clairement que, si la plupart des internautes mettent consciencieusement à jour leur navigateur sans tarder, il existe encore plusieurs dizaines de millions d’utilisateurs qui s’exposent à des risques en n’actualisant pas ces applications cruciales.
Même si l’étude porte principalement sur les particuliers, les entreprises doivent prêter attention à ses résultats car les consommateurs ont généralement plus de liberté pour installer les mises à jour de logiciels tels que les navigateurs Web. Les salariés ayant moins de latitude dans ce domaine, il n’est pas rare de constater la présence de versions obsolètes, et donc potentiellement dangereuses, dans les environnements professionnels. Kaspersky Lab propose une solution efficace qui permet de rechercher et d’autoriser les mises à jour des logiciels obsolètes ou vulnérables, en totale conformité avec la politique de sécurité de l’entreprise.

MÉTHODOLOGIE DE L’ÉTUDE

Le réseau Kaspersky Security Network sert à échanger en temps réel des données entre les clients de Kaspersky Lab et les experts de la société. Il permet de détecter et bloquer rapidement les menaces nouvelles et inconnues, mais aussi de mettre à jour la liste blanche de Kaspersky Lab, qui répertorie les logiciels légitimes. Cette base de données contribue à accélérer l’analyse des systèmes et la fourniture d’informations aux technologies – Safe Money et Automatic Exploit Prevention – explicitement conçues pour protéger les logiciels légitimes et cibles de fréquentes attaques. Les données ainsi recueillies sont entièrement anonymes et reflètent l’usage réel des logiciels légitimes par les clients de Kaspersky Lab.
En raison des règles strictes de confidentialité en vigueur dans la majorité des entreprises, les solutions de sécurité Kaspersky Lab installées sur leurs postes de travail ne collectent aucune information.
L’étude complète, intitulée « Global Web Browser Usage and Security Trends », qui comprend des conseils s’adressant aux consommateurs comme aux entreprises pour une navigation sécurisée sur le Web, est disponible ici.

  PARTAGER