La montée en flèche des malwares sur Android en 2012

La montée en flèche des malwares sur Android en 2012

Le 16 mars 2012. Le niveau des malwares sur les plates-formes Android progresse à un rythme alarmant, selon une étude de Kaspersky Lab. En décembre 2011, les spécialistes de la sécurité sur Internet avaient ainsi détecté 82 000 variantes de programmes malveillants pour ce système d’exploitation, un chiffre qui a bondi à 360 000 durant la première quinzaine de 2012.

Les malwares Android peuvent se présenter sous de nombreuses formes. Certaines souches passent par une « porte dérobée » (backdoor) pour ouvrir un accès non autorisé à un smartphone ou une tablette et y voler des informations personnelles (coordonnées bancaires ou photos, par exemple). D’autres méthodes consistent à vider le compte du mobile en envoyant une multitude de SMS à des numéros surtaxés, qui alourdissent la facture de l’utilisateur et enrichissent des escrocs. Certaines peuvent même installer des outils qui téléchargent et lancent des programmes malveillants sur l’appareil.

L’infographie ci-dessous récapitule les principaux incidents et les types de menaces aujourd’hui observées.

Cette montée en flèche des attaques sur les terminaux Android a motivé le lancement de Kaspersky Tablet Security, une solution conçue non seulement pour protéger les tablettes Android contre les pirates et les programmes malveillants mais aussi pour effacer à distance le contenu de l’appareil en cas de perte ou de vol. Outre la protection contre les virus et autres malwares, le logiciel maintient également les utilisateurs à l’écart des sites Web dangereux, en particulier ceux qui cherchent à s’approprier les identifiants des comptes de réseaux sociaux ou de banque en ligne.

En octobre, la solution de sécurité mobile de Kaspersky Lab a identifié et bloqué avec succès les dix programmes malveillants faisant l’objet du comparatif réalisé par AV-Test.org.

16.03.2012

Recommander cette page

Photos non contractuelles - © 1997 - 2014 Kaspersky Lab

Tous droits réservés. La meilleure des technologies en matière de prévention des cyber-risques.