Kaspersky Lab annonce Kaspersky® Anti-Virus 5.5 for Lotus Notes/Domino

Kaspersky Lab annonce Kaspersky® Anti-Virus 5.5 for Lotus Notes/Domino

Kaspersky Lab, concepteur reconnu de solutions de sécurité informatique contre les codes malicieux, spams et cyber-attaques, annonce la disponibilité de Kaspersky® Anti-Virus for Lotus Notes/Domino. La dernière génération du logiciel de protection des systèmes de messagerie (version 5.5), présente d'importantes modifications et des améliorations de l'architecture et des processus.

Kaspersky® Anti-Virus 5.5 for Lotus Notes/Domino protège contre les virus les systèmes de messagerie hébergés sous Lotus Notes/Domino. Le logiciel s'installe sur un serveur qui tourne sous Windows 2000/2003 et recherche la présence éventuelle de virus dans tout le courrier qui transite via le serveur ainsi que sur l'ensemble des fichiers des bases de données. Le texte des messages et fichiers joints sont soumis à cette analyse. Kaspersky® Anti-Virus for Lotus Notes/Domino débusque et neutralise les virus dans les archives et les fichiers *.exe compactés joints et à l'intérieur des fichiers au format de messagerie ou de base de donnée de messagerie, il répare également le texte du message et les fichiers qu'il contient.

Ce logiciel antivirus dispose d'un large éventail de fonctions pour le traitement des objets suspects. Il faut noter en particulier la possibilité de filtrer les fichiers en fonction du type défini lors de la configuration. Lorsque Kaspersky® Anti-Virus 5.5 for Lotus Notes/Domino découvre un objet infecté, corrompu ou suspect, il le place dans une base de données « en quarantaine » afin de réaliser une analyse plus approfondie. En cas de tentative d'acheminement d'un message infecté, le système envoie une notification au destinataire ou aux membres d'une liste de diffusion dressée par l'administrateur. Tous les résultats de l'activité du logiciel sont consignés dans des journaux structurés présentant une liste exhaustive d'indicateurs.

Des performances accrues grâce au mode « parallèle » dans l'usage des moteurs

Une des principales améliorations introduites dans cette nouvelle version du logiciel se situe au niveau des performances. Celle-ci est rendue possible grâce à l'utilisation en parallèle de plusieurs exemplaires du moteur antivirus. Cette approche permet d'assigner un moteur distinct à chaque composant impliqué dans la protection antivirus (scanneur de courrier électronique, moniteur antivirus et scanneur du trafic de réplication). L'amélioration des performances est due également à la suppression de l'enregistrement préalable des messages dans une boîte aux lettres intermédiaire destinée à l'analyse antivirus et au traitement du flux de messagerie. Cette sauvegarde des messages dans la boîte intermédiaire n'est plus requise, ce qui permet d'accélérer sensiblement le traitement de l'analyse antivirale.

Signalons également le renforcement de la fiabilité sur les grands serveurs de messagerie Lotus Notes/Domino. Lorsqu'une réplication est en cours sur ce tableau de serveurs, l'ensemble du trafic lié à la réplication de chaque serveur sera analysé.

Cette nouvelle version de Kaspersky® Anti-Virus for Lotus Notes/Domino va faciliter la tâche des administrateurs système grâce à l'intégration de l'interface du logiciel à l'interface standard de Lotus Notes/Domino. L'intégration de la prise en charge des réseaux en grappe et distribués simplifie grandement l'administration du système de protection installé sur différents serveurs. Il faut citer également la parfaite automatisation de la mise à jour des bases antivirus pour chacun des serveurs de l'ensemble placé sous la protection de Kaspersky Anti-Virus. Quant à l'installation de l'application sur le serveur, elle est encore plus simple que par le passé car elle ressemble désormais au mécanisme d'installation standard sous système d'exploitation Windows.

27.03.2006

Recommander cette page

Photos non contractuelles - © 1997 - 2014 Kaspersky Lab ZAO.

Tous droits réservés. La meilleure des technologies en matière de prévention des cyber-risques.