Les cybercriminels génèrent plus de revenus que les leaders de l'industrie antivirale

Les cybercriminels génèrent plus de revenus que les leaders de l'industrie antivirale

Eugène Kaspersky, mondialement reconnu comme l'un des plus éminents spécialistes en cybercriminalité, Chef des Etudes Antivirales de Kaspersky Lab, publie aujourd'hui une étude dédiée aux dessous de l'industrie antivirale. Disponible sur www.viruslist.com/fr, le site des chercheurs de Kaspersky Lab, cette publication d'Eugène Kaspersky, qui s'appuie sur des connaissances pratiques approfondies, analyse la situation actuelle au niveau mondial, présente les problèmes les plus sensibles et les travers de cette industrie antivirale.


En 2004-2005, les cybercriminels se seraient appropriés de manière frauduleuse quelques centaines de millions de dollars. Or, si l'on tient compte du fait que la majorité d'entre eux est toujours en liberté, on peut estimer les gains de la cybercriminalité en milliards de dollars chaque année (dépassant ainsi les revenus des éditeurs d'antivirus). La perte au niveau de l'économie mondiale due à l'activité des « mauvais génies » informatiques a depuis longtemps franchi annuellement le seuil des dix milliards de dollars et continue de croître. Selon les estimations des chercheurs de l'organisation "Computer Economics", en 2004, la perte était de presque 18 milliards de dollars et augmente de 30 à 40% par an.

Bien que l'estimation de l'envergure de la communauté du crime informatique soit relativement complexe, il semble au total que des centaines de hackers (agissant seuls ou en groupes) soient actifs. Les rapports officiels des pays informatisés du monde entier chiffrent même leur effectif à des milliers. Ces deux dernières années, quelques dizaines de groupes de pirates ont été arrêtés. Ils comptaient quelques centaines de personnes.

Parallèlement à la cybercriminalité, Eugène Kaspersky souligne que les programmes antivirus sont devenus aujourd'hui des produits de consommation de masse. Ce phénomène est principalement dû à la multiplication des solutions de protection proposées aux internautes contre les menaces électroniques - même si la majorité d'entre elles ne garantit pas une protection systématique d'au moins 90% - corrélée par la croissance fulgurante du nombre de programmes malicieux qui lancent toujours de nouveaux défis aux développeurs antivirus.

D'autres facteurs deviennent très critiques comme le service technique des produits, le temps de réaction face à l'apparition de nouveaux programmes malicieux, l'équilibre entre une utilisation optimale des ressources du système et l'efficacité de la protection.

Dans le même temps, on assiste au perfectionnement des technologies antivirus pour pouvoir se prémunir contre les nouvelles menaces électroniques. Mais ces nouvelles techniques sont-elles vraiment une alternative aux solutions traditionnelles ?

22.11.2005

Recommander cette page

Photos non contractuelles - © 1997 - 2014 Kaspersky Lab ZAO.

Tous droits réservés. La meilleure des technologies en matière de prévention des cyber-risques.